Montigny-Lengrain : Que faire et y voir ?

II existe sur les confins du département de l’Aisne, vers l’Ouest un modeste village appelé Montigny-Lengrain. Perché sur une colline peu élevée, il domine une vallée presque circulaire formée par les montagnes qui bordent la rive gauche de l’Aisne. Son nom a varié dans le cours des siècles.

Au xe siècle, Montigny-Lengrain s’est appelé Montiniacum, Montiniacum-castellum . En 1132, on écrit Monteîgni et, en 1148, Montegnetum ou Montïnetum . Au milieu du siècle suivant (1255), on trouve pour la première fois l’orthographe actuelle, Montigny, puis Montigni en 1256.

Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, pour distinguer ce village de ceux qui portent le même nom, et ils sont nombreux, les actes indiquent sa situation, « dans le Soissonnais ». Mais, à partir de 1258, cette mention est remplacée par le mot « Langrin » ou « Lengrin ». Au XIIIe siècle, on écrit aussi Monteigni-Langrin, Montigni-le-Chasteler (1269).

La fontaine Saint Martin

Complètement isolée dans un bois d’une vingtaine d’hectares, la « Fontaine Saint Martin » ou « Roche pleureuse » est un des 74 sites inscrits de Picardie. Donnant l’impression d’être taillée par la main de l’homme, cette fontaine haute de 5 mètres environ est composée de 3 roches superposées.

Affectant la forme d’un demi champignon, elle fait corps avec le roc, et son pied repose dans un bassin demi circulaire qui parait construit pour recevoir l’eau qu’il recueille. Le sommet de cet ensemble est enveloppé d’une épaisse croûte calcaire recouverte de mousse. Il n’est pas rare qu’elle se pare de stalactites en hiver.

L’ancien presbytère

Maison de pierre à pas de moineaux et toit de tuiles, située en contrebas de l’église accessible par un escalier dont on voit les traces dans le mur de soutènement du cimetière.
Elle fut construite vers 1600, à l’époque d’Henri IV, sur une partie des caves d’une ancienne maison (Est-Ouest) détruite, maison seigneuriale puisqu’elle avait fortification et colombier. La porte en anse de panier, la lucarne et les ouvertures symétriques rappellent celles de la maison « renaissance » des évêques de Soissons à Septmont.

Confisquée comme « bien national en 1794 », elle eut une destination villageoise, réhabilitée par une famille d’entrepreneurs en 1965 qui en fit sa résidence. Subsistent de la maison primitive les fortifications, la poterne, et l’échauguette, de belles dalles intérieures et une cave avec puits; une annexe comprenant grange, étable avec auge et deux pièces reliées à la maison supérieure par un escalier en vis.

Contact

La mairie de Montigny-Lengrain est ouverte du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h00 à 17h00. Le secrétariat est joignable par téléphone au 03 23 55 52 55.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.